All for Joomla All for Webmasters
Témoignages des bénéficiaires de la formation aux témoignages vidéos

Témoignages des bénéficiaires de la formation aux témoignages vidéos

Réactions des participants à la formation aux témoignages oraux

Dzavai Vagsa, ADEVIFE Mokolo

« Durant ces trois jours, nous avons appris beaucoup de choses. Nous avons appris la production des témoignages à travers les médias sociaux avec les vidéos et verbaux. Les jours de formation ont été tellement riches ; vu la capacité de nos formateurs qui nous ont déjà édifié en plusieurs techniques soit pour créer des adresses sur facebook, soit pour créer les blogs, soit pour envoyer des images sur YouTube. On peut dire que nous sommes déjà des journalistes puisque tout ceci doit être accompagné d’un protocole d’interview. Ces techniques vont nous permettre de mieux prendre les images de qualité sur le terrain afin de les mettre en ligne. Soit sur le blog ou encore sur You tube. »

Danedjo, Association pour la promotion de l’autonomie de droit de la jeune fille(Apad)

« Il faut déjà souligner que nous rencontrons beaucoup de difficultés dans le travail que nous faisons. Les chefs traditionnels réclament de l’argent comme nous travaillons avec les partenaires. Des moyens pour pouvoir mobiliser les populations. Ils nous disent aussi qu’il leur faut des moyens de communication ou les moyens de déplacement pour aller de maison en maison pour conscientiser les parents. En plus les mères d’enfants sont très sensibles aux mariages précoces. Quand un parent nous entend en train de parler de la sexualité, des menstruations, du coup ils nous disent que pourquoi est-ce qu’on parle de telle chose aux enfants alors qu’ils n’ont pas encore l’âge de procréer. Ces moyens vont nous aider à partager l’information à plusieurs personnes et à moindre coup. » 

Rampata Olivier Association pour la promotion et l’éducation de la jeune fille dans la vallée du Logone(Apef)

« Au niveau du département du Mayo Danay, la violence faites aux filles en milieu scolaire et hors des établissements sont légions. Et le mariage précoce y est constant jusque-là dans plusieurs arrondissements. Il s’agit de l’arrondissement de Kalfou et celui de Yagoua entre autres. Je pense qu’avec ce que l’ALVF est en train de mener, cela vous nous aider à éradiquer davantage ces fléaux. J’ai eu à retenir plusieurs aspects lors de cette formation. Nous savons désormais enregistrer une interview, comment créer un compte facebook, un compte blog, comment réaliser une bonne interview avec une victime. En plus, comment utiliser ces réseaux sociaux pour mieux atteindre le maximum de personnes une fois que les témoignages vidéo et audio sont sur You tube ou alors sur le blog. »

Bilkoussou Alh Ibrahima alvf/ Centre vie de femme de Maroua.

« Les formateurs nous ont appris à développer des nouveaux moyens de sensibilisation à travers les réseaux sociaux. Avec cette formation, nous souhaiterons amener les victimes à rendre plus visible leur vécu, leur souffrance pour toucher de près la population, qu’on puisse mieux les entendre dans le monde humanitaire. L’utilisation des réseaux sociaux que nous avons appris durant ces trois jours va véritablement nous aider. Dans la mesure où cela informe bon nombre de personnes à la fois et cela ne nécessite pas beaucoup de moyens financier. Il suffit juste de partager notre adresse et ceux qui sont connecté peuvent avoir accès à tous nos activités, ce que nous publions comme informations. La première action une fois rentrer c’est de renforcer une fois de plus sur l’utilisation e ces réseaux sociaux. »

 Aissatou Doumara, Coordonnatrice de l'Alvf Extrême-Nord. 

Madame le coordonnateur dans quel cadre s’inscrit cette formation de trois jours que vous avez organisés ?

La formation sur de la collecte des témoignages vidéos et oraux s’inscrit dans le cadre des actions de lutte contre les mariages forcés et précoces appelé mariage d’enfant. Et ces activités nous permettent renforcer nos stratégies de communication et de diffusion des informations sur le travail que les différentes organisations de défenses de droit des filles et des femmes font dans notre pays et plus précisément dans la région de l’Extrême Nord. Il faut rappeler que nous sommes dans un contexte ou la situation sécuritaire est délicate avec tout ce que nous connaissons déjà. Et puis bien avant cela, les droits des femmes étaient quelque un peu critiques. On observait que les droits des filles et des femmes n’étaient suffisamment pas respectés. Et cette situation est venue davantage renforcer le sentiment de délit de non respect de ces droits là. Et pour nous c’est important de renforcer la voix et même de poster la voix des victimes, des survivantes qui vivent cette situation à l’extérieur, auprès des communautés qui ne sont pas proches d'elles et auprès des autorités qui doivent prendre de décisions pour pouvoir changer la situation actuelle.

Pourquoi avoir choisir de marquer un temps uniquement sur les réseaux sociaux ?

Déjà au niveau de notre association, l’association de lutte contre les violences faites aux femmes (ALVF), nous sommes engagés dans un programme de briser le silence et lever les tabous sur les violences faites aux filles et aux femmes appelées également violence basée sur le genre. En depuis 2014, nous nous sommes engagés avec d'autres organismes sous régionaux pour pouvoir créer une plate-forme où nous échangeons sur nos stratégies d’intervention, partageons des témoignages des victimes et des survivantes. Pour nous c’était, important que les organisations avec lesquelles nous travaillons soient au même niveau de compréhension et de travail que nous. Donc, nous avons jugé qu’il était important que les associations de dénonciation qui sont nos partenaires terrain et qui ont les centres d’écoutes comme les nôtres, qui collectent des témoignages ; qu’ils puissent également mettre à la face du monde, de la communauté et des décideurs les souffrances émotives des victimes de violences et survivantes des violences sexuelles et sexistes.

Êtes vous satisfaite à l’issu de cette formation ?

Pour nous c’est une grande satisfaction. Parce que déjà, toutes les personnes que nous avons conviées notamment les 12 délégués des associations de dénonciation sont à même d'avoir de compte électronique. Ça, c’est déjà une avancée. Ils ont été capables d’ouvrir des blogs, et ils deviennent déjà des blogueurs comme nous autres. Et puis cette plate forme nous a permis de fusionner et d’avoir une très grande plate forme que nous avons dénommé « anti discri ». Dans laquelle toutes les publications de toutes ces personnes formées vont être visibles par tout le monde. Ce qui est à venir c’est que les apprentissages reçus doivent être mises en pratique. Et ces personnes une fois rentrées chacune dans sa localité respective doivent produire des vidéos pour pouvoir les poster dans les blogs qui ont été créés.

ALVF-Extrême Nord Cameroun

Read 322 times

Recherche

Dernières annonces